compteur
logo Blog50.com
Blog 50 est un service gratuit offert par Notre Temps

03/12/2017

4161 à 4170 - A.Baricco

4161 - « (…) Je me suis pâmé, il y a huit jours, devant un campement de Bohémiens qui s'étaient établis à Rouen. — Voilà la troisième fois que j'en vois — Et toujours avec un nouveau plaisir. L'admirable, c'est qu'ils excitaient la Haine des bourgeois, bien qu'inoffensifs comme des moutons. Je me suis fait très mal voir de la foule en leur donnant quelques sous — Et j'ai entendu de jolis mots à la Prud'homme. Cette haine-là tient à quelque chose de très profond et de complexe. On la retrouve chez tous les gens d'ordre. C'est la haine que l'on porte au Bédouin, à l'Hérétique, au Philosophe, au solitaire, au poète, à l'artiste — Et il y a de la peur dans cette haine. Moi qui suis toujours pour les minorités, elle m'exaspère — Il est vrai que beaucoup de choses m'exaspèrent. Du jour où je ne serai plus indigné, je tomberai à plat, comme une poupée à qui on retire,son bâton.(…)»

     Gustave FLAUBERT (Correspondance - Lettre à G. Sand, 12 juin 1867)

   Éditions Gallimard - Coll. La Pléiade - T.5 - pages 653-654

 Mots clefs: Bohémien, bourgeois, haine, indignation, minorité, ordre (gens d'-), xénophobie

4162 – On croit que c'est autre chose qui sauve les gens: le devoir, l'honnêteté, être bon, être juste. Non. Ce sont les désirs qui vous sauvent. Ils sont la seule chose vraie. Si tu marches avec eux, tu seras sauvés.

    Alessandro BARICCO (Océan mer )

   Éditions Gallimard – Collection Folio – 2008 – page 103

 Mots clefs: beauté, désir, devoir, honnêteté, justice, salut

 

4163 – Mais surtout, la mer appelle. Tu le découvriras, Elisewin. Elle ne fait que ça au fond: appeler. Jamais elle ne s'arrête, elle pénètre en toi, elle te reste collée après. C'est toi qu'elle veut. Tu peux faire comme si de rien n'était, c'est inutile. Elle continuera de t'appeler.

     Alessandro BARICCO (Océan mer )

   Éditions Gallimard – Collection Folio – 2008 – page 104

 Mots clefs: appel, mer

 

4164 – Elles font des choses quelquefois, les femmes, ça vous tue. Toi, même dans une vie entière, tu ne serais pas capable un seul instant d'avoir cette légèreté qu'elles ont, elles, quelquefois. Elles sont légères de l'intérieur. De l'intérieur.

     Alessandro BARICCO (Océan mer )

   Éditions Gallimard – Collection Folio – 2008 – page 149

 Mots clefs: femme, légèreté

 

4165 – Elle marchait, et elle savait vers quoi. C'était là l'important. Une sensation merveilleuse. Quand le destin finalement s'entrouvre, et devient chemin visible, trace indéniable, et direction certaine. Le temps interminable de l'approche. Ce moment où l'on accoste. On voudrait qu'il ne finisse jamais. Le geste de s'en remettre au destin. C'est une émotion, ça. Plus de dilemmes, plus de mensonges. Savoir où. Et y aller. Quel qu'il soit ce destin.

    Alessandro BARICCO (Océan mer )

   Éditions Gallimard – Collection Folio – 2008 – pages 175/176

 Mots clefs: but, certitude, chemin, destin

 

4166 - […] afin que nul n'oublie qu'on n'est jamais assez loin pour ne pas se trouver, jamais – jamais assez loin – pour ne pas se trouver – ils l'étaient, ces deux-là, loin, plus loin l'un de l'autre que quiconque, et à présent – elle crie la voix d'Elisewin […] et il pleure.

     Alessandro BARICCO (Océan mer )

   Éditions Gallimard – Collection Folio – 2008 – page 178

 Mots clefs: amour, éloignement, proximité

 

4167 - […] dans les bras d'une femme les chemins qu'on finit par prendre sont biscornus, tu ne les comprends pas toi-même, et au moment où il faudrait tu ne peux pas les raconter,, tu n'as pas les mots pour le faire, des mots qui sonnent bien, là, entre ces baisers, sur cette peau, des mots justes il n'y en a pas, tu as beau chercher dans tout ce que tu es et tout ce que tu as ressenti, tu ne les trouve pas, ils n'ont jamais la bonne musique, c'est la musique qui leur manque, là, entre ces baisers, et sur cette peau, c'est une histoire de musique. Alors, tu parles, tu dis quelque chose, mais c'est misérable.

     Alessandro BARICCO (Océan mer )

   Éditions Gallimard – Collection Folio – 2008 – pages 179/180

 Mots clefs: amour, baiser, communication, justesse ( - des mots), mot, musique, peau

 

4168 - - Vous savez-quoi? J'aurais cru que les amiraux, on les trouvaient sur la mer...

           - Et moi j'aurai cru que les curés, on les trouvaient dans les églises.

           - Oh, c'est à dire, vous savez, Dieu est partout...

           - La mer aussi, mon père. La mer aussi.

     Alessandro BARICCO (Océan mer )

   Éditions Gallimard – Collection Folio – 2008 – page 188

 Mots clefs: amiral, curé, Dieu, église, mer

 

4169 - […] elle apprit que parmi toutes les vies possibles, il faut en choisir une à laquelle s'ancrer, pour pouvoir contempler, sereinement, toutes les autres.

     Alessandro BARICCO (Océan mer )

   Éditions Gallimard – Collection Folio – 2008 – page 188

 Mots clefs: choix (- de vie), vie

 

4170 – Une route à l'intérieur, tout le monde en a une, ce qui facilite, il faut bien le dire, la tâche de notre voyage, et quelquefois, mais pas souvent, la complique.

     Alessandro BARICCO (Océan mer )

   Éditions Gallimard – Collection Folio – 2008 – page 195

 Mots clefs: route ( - de vie), vie, voyage

19:00 Publié dans Citations | Lien permanent | Commentaires (0)

Écrire un commentaire

 
Accueil Blog50 | Créez gratuitement votre blog | Avec notretemps.com | Toute l'info retraite | Internet facile | Vos droits | Votre argent | Loisirs | Famille Maison | Cuisine | Jeux | Services | Boutique