compteur
logo Blog50.com
Blog 50 est un service gratuit offert par Notre Temps

21/04/2018

Bonjour

  – Vous autres officiers, vous ne pouvez pas, vous ne savez pas vous occuper d’autres choses que des sciences de la guerre, à savoir comment vos prédécesseurs s’y prenaient pour tuer les hommes, et chercher à perfectionner les moyens dont ils se servaient, afin d’arriver à tuer avec plus d’art les plus grandes masses possibles et en moins de temps possible. Toute votre attention, tout votre esprit et toute votre intelligence doivent se borner là. C’est un peu le contraire de ce qu’on enseigne à l’école de Médecine. Les médecins doivent apprendre à tuer les hommes selon certaines formules, variables du reste à l’infini, mais individuellement et le plus lentement possible.

    Jean-Marie DEGUIGNET (Mémoires d’un Paysan Bas-Breton)

                   Editions An Here – 1998 – page 206

 Voir Résonance n° 2942

20/04/2018

Bonjour

  – Et cela fut fait : « vouloir, c’est pouvoir » dit l’Anglais.

     Jean-Marie DEGUIGNET (Mémoires d’un Paysan Bas-Breton)

        Editions An Here – 1998 – page 188

 Voir résonance n° 2940

19/04/2018

Bonjour

  – C’est chez les crustacés que commença l’accouplement face à face. Je ne sais pas si ce fut une bonne décision.                

       Pascal QUIGNARD (Vie secrète)

 Editions Gallimard – NRF – 1997 – page 421

 Voir Résonance n° 2928

18/04/2018

Bonjour

 – Il y a plus nu que la nudité. C’est l’angoisse. L’angoisse qui déchire soudain un regard me fait l’impression, quand elle surgit soudain et monte dans ce corps, d’une nudité plus impudique que la nudité elle-même. Parce que la nudité dévoile le corps tandis que l’angoisse dévoile l’identité et, derrière l’identité, son absence d’enracinement dans le corps.

     L’angoisse est la seule nudité impudique de l’humanité.

    Pascal QUIGNARD (Vie secrète)

  Editions Gallimard – NRF – 1997 – page 406

 Voir Résonance n° 2923

17/04/2018

Bonjour

  – C’est ainsi que tout homme connaît la mort dès la première seconde.

     Dans la première seconde, la mort, c’est le monde, car le monde équivaut à la mère qui rejette et abandonne hors d’elle. Hors de sa propre paroi.

      Pascal QUIGNARD (Vie secrète)

   Ed. Gallimard – NRF – 1997 – page 374

 Voir Résonance n° 2917

 
Accueil Blog50 | Créez gratuitement votre blog | Avec notretemps.com | Toute l'info retraite | Internet facile | Vos droits | Votre argent | Loisirs | Famille Maison | Cuisine | Jeux | Services | Boutique