compteur
logo Blog50.com
Blog 50 est un service gratuit offert par Notre Temps

12/07/2018

4281 à 4290 - F.Dostoïevski, J.Barbey d'Aurevilly, S.Zweig

4281 - - Savez-vous, que je mens encore maintenant peut-être? Oui, je mens, c'est certain. Le principal, c'est que je crois ce que je dis lorsque je mens. Le plus difficile, c'est de vivre et de ne pas mentir... et... et de ne pas croire à ses propres mensonges. Oui, oui, voilà le plus difficile.

     Fiodor DOSTOIEVSKI (Les Démons)

  Éditions Gallimard – Collection La Pléiade – 1955 – pages 681/682

 Mot clef: mensonge

 

4282 - - […] l'athéisme complet est plus respectable que l'indifférence des gens du monde.

    Fiodor DOSTOIEVSKI (Les Démons)

  Éditions Gallimard – Collection La Pléiade – 1955 – page 714

 Mots clefs: agnosticisme, athéisme, indifférence

 

4283 - - « On ne sent pas sa propre puanteur »

    Proverbe juif cité dans Fiodor DOSTOIEVSKI (Les Démons)

  Éditions Gallimard – Collection La Pléiade – 1955 – page 728

 Mots clefs: puanteur

 

4284 – Tant d'honnêtes poules couvèrent, sous leurs ailes rognées, l'essor, bleu et vert métallique d'un beau canard sauvage.

    Fiodor DOSTOIEVSKI (Les Démons)

  Éditions Gallimard – Collection La Pléiade – 1955 – page 719

 Mots clefs: canard, descendance, enfant, hérédité, mère, poule

 

4285 - - […] les gens qui ne mentent pas spontanément […] sont des paresseux, qui ne se donnent même pas la peine d'arranger un peu la vérité, quand ce ne serait que par politesse, ou bien pour intriguer...

     Fiodor DOSTOIEVSKI (Les Démons)

  Éditions Gallimard – Collection La Pléiade – 1955 – page 744

 Mots clefs: mensonge, politesse, vérité

 

4286 - - … Mais c'est l'histoire de toutes les jeunes filles, ces douces stoïques, de répondre qu'elles ne souffrent pas, quand elles souffrent... Les femmes sont si bien faites pour la souffrance, elle est si bien leur destinée, elles commencent de l'éprouver de si bonne heure et elles en sont si peu étonnées, qu'elles disent longtemps encore qu'elle n'est pas là, quand elle est venue.

    Jules BARBEY d'AUREVILLY

  Éditions Gallimard – Coll. La Pléiade – T. II – Page 297

 Mots clefs: dolorisme, femme, souffrance

 

4287 - Car elle ignorait encore qu'une douleur profonde est comme un cours d'eau souterrain, silencieux mais impatient, qui creuse la roche de la montagne et, plein de colère impuissante, frappe longuement aux portes de frayages encore inaccessibles, et qu'un beau jour, il fait éclater la cloison et se rue dans un élan impétueux et dévastateur vers la vallée verdoyante, qui fleurissait dans une confiante et innocente sécurité.

    Stefan ZWEIG (L'Amour d'Erika Ewald)

  Éditions Gallimard – Collection La Pléiade – 2013 – page 95

 Mots clefs: colère, douleur, explosion, inondation, torrent

 

4288 – Seuls les enfants solitaires peuvent garder pour eux leur passion: les autres éparpillent leurs sentiments en mondanités, les usent en confidences, ils ont beaucoup lu et entendu sur l'amour et savent que l'amour est un destin commun. Ils jouent avec lui comme avec une babiole, ils s'en vantent comme les garçons se vantent de leur première cigarette.

    Stefan ZWEIG (Lettre d'une inconnue)

  Éditions Gallimard – Collection La Pléiade – 2013 – page 661

 Mots clefs: amour, enfant, passion, solitude

 

4289 – Je ne sais pas si j'ai jamais été comme un être bon, mais... je crois avoir été toujours secourable... C'est que dans cette sale vie,, là-bas, c'était la seule joie qu'on avait, avec le peu de science qu'on s'était inculqué dans la cerveau,que de pouvoir permettre à un être vivant de continuer à respirer... la joie de jouer au Bon Dieu, en quelque sorte...

    Stefan ZWEIG (Amok)

  Éditions Gallimard – Collection La Pléiade – 2013 – page 777

 Mots clefs: bonté, dieu, joie, science, solidarité

 

4290 – […] le Créateur a en quelque sorte fabriqué les sens des hommes de travers, de sorte que leur volonté exige tout le temps des femmes le contraire de ce qu'elles leur accordent: si l'une d'elles donne son corps avec facilité, ils lui savent peu gré de ce présent et font comme s'ils ne pouvaient aimer convenablement que l'innocence. Mais si une femme défend son innocence, ils vont être tentés au septuple de lui arracher ce qu'elle protège. Ainsi, aucun désir ne comble ni ne contente jamais le déchirement masculin, qui veut une éternelle opposition entre la chair et l'esprit.

    Stefan ZWEIG (Les Deux Sœurs)

  Éditions Gallimard – Collection La Pléiade – 2013 – page 915

 Mots clefs: chair, déchirement, désir, innocence, facile (femme -)

17:28 Publié dans Citations | Lien permanent | Commentaires (0)

Bonjour

  - - Le destin peut tout nous accorder et nous pouvons tout lui arracher, mais nous ne pourrons jamais changer les goûts, les penchants et le rythme de vie d’un autre et nous luttons en vain contre cette « nature différente » qui caractérise essentiellement l’être que nous aimons.

      Sandor MARAI (Les braises)

Éd. Albin Michel – Les grandes traductions – 2002 – page 153

 Voir Résonance n° 3187

 
Accueil Blog50 | Créez gratuitement votre blog | Avec notretemps.com | Toute l'info retraite | Internet facile | Vos droits | Votre argent | Loisirs | Famille Maison | Cuisine | Jeux | Services | Boutique