compteur
logo Blog50.com
Blog 50 est un service gratuit offert par Notre Temps

03/08/2018

4321 à 4330 - S.Zweig, M.Yourcenar, V.Woolf

4321 - […] une faute n'est pas oubliée tant que la conscience se souvient d'elle.

Stefan ZWEIG (Impatience du cœur)

Éditions Gallimard – Collection La Pléiade – t. 2 - 2013 – page 823

Mots clefs: conscience, faute, oubli

 

4322 – Dans les moments d'extrême détresse, le regard d'un animal peut être bien plus intense, je dirai presque plus éloquent que celui des hommes, cae nous confions l'essentiel de nos sentiments, de nos pensées à la parole qui transmet, tandis que l'animal non doué de langage est contraint de condenser toute son expressivité dans sa pupille.

     Stefan ZWEIG (Était-ce lui?)

   Éditions Gallimard – Collection La Pléiade – t. 2 - 2013 – page 822

 Mots clefs: animal, expressivité, homme, parole, pensée, regard

 

4323 - […] chaque homme est si bien contenu tout entier dans chaque fragment de sa vie.

     Marguerite YOURCENAR (Essais et mémoires – Sous bénéfice d'inventaire)

   Éditions Gallimard – Collection La Pléiade – 1991 – page 69

 Mots clefs: constance, vie

 

4324 - […] le philosophe a raison, selon qui une lame de couteau à peine sépare le bonheur de la mélancolie, et il poursuit en opinant que l'une est jumelle de l'autre; et tire de cela la conclusion que tous les sentiments portés à l'extrême sont parents de la folie.

     Virginia WOOLF (Orlando)

   Éditions Gallimard – Collection La Pléiade – t II – 2012 – pages 216/217

 Mots clefs: bonheur, extrême, folie, mélancolie, philosophe

 

4325 - Lorsqu'un homme atteint l'âge de trente ans, […] le temps pendant lequel il pense se fait excessivement long, le temps pendant lequel il agit se fait excessivement court.

     Virginia WOOLF (Orlando)

   Éditions Gallimard – Collection La Pléiade – t II – 2012 – page 252

 Mots clefs: action, maturité, pensée, temps, trentenaire

 

4326 – Sur l'homme obscur se déverse la suffusion miséricordieuse des ténèbres. Personne ne sait où il va ni d'où il vient. Il lui est loisible de rechercher la vérité et de la dire; lui seul est libre; lui seul est véridique; lui seul est en paix.

    Virginia WOOLF (Orlando)

  Éditions Gallimard – Collection La Pléiade – t II – 2012 – page 256

 Mots clefs: anonymat, liberté, obscurité, paix, vérité

 

4327 - « Oh! Si seulement je pouvais écrire! » s'exclama-t-elle (car elle avait l'étrange vanité propre à ceux qui écrivent de croire que tous les mots écrits sont partagés)

.   Virginia WOOLF (Orlando)

   Éditions Gallimard – Collection La Pléiade – t II – 2012 – pages 285

 Mots clefs: écriture, lecture, mots, partage, vanité

 

4328 – Il n'est pas de passion plus forte dans le cœur de l'homme que le désir de contraindre les autres à croire de la même manière que lui-même.

     Virginia WOOLF (Orlando)

   Éditions Gallimard – Collection La Pléiade – t II – 2012 – page 287

 Mots clefs: passion, prosélytisme

 

4329 – La fonction du poète est donc la plus élevée de toutes […]. Une chanson toute simple de Shakespeare a fait plus pour les pauvres et les méchants que tous les prédicateurs et les philosophes du monde.

    Virginia WOOLF (Orlando)

   Éditions Gallimard – Collection La Pléiade – t II – 2012 – page 304

 Mots clefs: chanson, philosophe, poète, prédicateur, Shakespeare

 

4330 - Si futiles qu'ils puissent paraître, les vêtements rendent, dit-on, des services plus importants que celui de nous tenir chaud. Ils modifient notre vision du monde et la vision que le monde a de nous.

     Virginia WOOLF (Orlando)

   Éditions Gallimard – Collection La Pléiade – t II – 2012 – page 313

 Mots clefs: apparence, vêtements

 

 

09:00 Publié dans Citations | Lien permanent | Commentaires (0)

29/07/2018

4311 à 4320 - S.Zweig

4311 – Le spectacle d'une cérémonie de mariage exerce toujours un étrange effet sur les jeunes filles car ce grand moment provoque une secrète solidarité féminine qui vient du fond de l'âme.

     Stefan ZWEIG (Impatience du cœur)

   Éditions Gallimard – Collection La Pléiade – t. 2 - 2013 – page 611

 Mots clefs: cérémonie, fascination, fille (jeune - ), mariage, solidarité

 

4312 - Au début, la pitié - comme la morphine – soulage le malade, est un remède, une médication, mais si l'on ne sait pas la doser, et en arrêter l'utilisation, elle devient un poison mortel. Les premières injections font du bien, calment et dissipent la douleur. Mais l'organisme - le corps aussi bien que l'âme – possède une fâcheuse propriété d'accoutumance; de même que les nerfs réclament une dose toujours accrue de morphine,, le sentiment réclame de plus en plus de pitié, et finalement plus qu'on ne peut en donner. Vient immanquablement, dans un cas comme dans l'autre, le moment où il faut dire « non » sans se préoccuper de savoir si l'autre nous voue de la haine plus féroce pour ce dernier refus que si nous ne lui avions jamais accorder notre aide.

    Stefan ZWEIG (Impatience du cœur)

   Éditions Gallimard – Collection La Pléiade – t. 2 - 2013 – page 611

 Mots clefs: addiction, âme, corps, dose, drogue, manque, morphine, pitié, poison, sentiment

 

4313 – Pour la première fois je commence à comprendre que l'on se rend coupable du pire non pas tant par méchanceté, par brutalité que, presque toujours, par veulerie.

     Stefan ZWEIG (Impatience du cœur)

   Éditions Gallimard – Collection La Pléiade – t. 2 - 2013 – page 655

 Mots clefs: brutalité, culpabilité, méchanceté, veulerie

 

4314 - C'est en cet instant que je commençai peu à peu à découvrir (chose que la littérature passe le plus souvent sous silence) que justement ces femmes laissées-pour-compte, ces stigmatisées, les laides, les fanées, les étiolées, les exclues, désirent avec une violence beaucoup plus passionnée, plus dangereuse que celles qui jouissent de la santé, qu'elles aiment d'un amour fanatique, d'un amour fatal, ténébreux et qu'aucune passion au monde n'est plus exigeante, plus désespérée que la passion, sans issue, sans espoir, de ces mal-aimées de Dieu auxquelles seul un amour partagé peut faire éprouver comme justifiée leur existence sur terre.

    Stefan ZWEIG (Impatience du cœur)

   Éditions Gallimard – Collection La Pléiade – t. 2 - 2013 – page 676

 Mots clefs: amour (- fatal), fille (vieille - ), mal-aimé, passion

 

4315 - […] c'est comme un geste atavique, la femme a pour réaction première de se refuser, et même quand elle repousse le désir le plus ardent, on ne peut la dire inhumaine. Mais il n'est rien de plus funeste que la situation inverse, quand une femme passe outre à sa pudeur en aimant un homme au point de lui dévoiler sa passion et de lui offrir son amour sans assurance de réciprocité, et que lui, l'homme courtisé, répond par la roideur et le rejet!

    Stefan ZWEIG (Impatience du cœur)

   Éditions Gallimard – Collection La Pléiade – t. 2 - 2013 – page 683

 Mots clefs: amour, atavique, désir, femme, froideur, homme, passion, rejet

 

4316 - {…] la pire violence, la plus imparable que puisse éprouver un homme, c'est d'être aimé contre son gré, le comble des tourments: se sentir coupable sans avoir commis de faute.

     Stefan ZWEIG (Impatience du cœur)

   Éditions Gallimard – Collection La Pléiade – t. 2 - 2013 – page 684

 Mots clefs: amour ( - contrarié), culpabilité, homme, refus, violence

 

4317 - - […] Quiconque un jour a été blessé par le destin reste à jamais vulnérable.

     Stefan ZWEIG (Impatience du cœur)

   Éditions Gallimard – Collection La Pléiade – t. 2 - 2013 – page 739

 Mots clefs: blessure, destin, vulnérable

 

4318 - - On ne peut pas porter secours à tous...

          - Du moins faut-il essayer […]. C'est pour cela que nous sommes sur terre. C'est le seul but de la vie.

     Stefan ZWEIG (Impatience du cœur)

   Éditions Gallimard – Collection La Pléiade – t. 2 - 2013 – page 742

 Mots clefs: altruisme, but ( - de la vie), secours

 

4319 – C'est toujours d'une prouesse physique que provient la confiance en soi.

     Stefan ZWEIG (Impatience du cœur)

   Éditions Gallimard – Collection La Pléiade – t. 2 - 2013 – page 757

 Mots clefs: confiance ( - en soi), prouesse ( - physique)

 

4320 – Comme personne ne me rappelait plus ma faute, déjà je l'oubliais moi-même. Car le cœur est capable d'oublier vite et bien ce qu'il a grand besoin d'oublier.

     Stefan ZWEIG (Impatience du cœur)

   Éditions Gallimard – Collection La Pléiade – t. 2 - 2013 – page 822

 Mots clefs: faute, oubli

 

20:00 Publié dans Citations | Lien permanent | Commentaires (0)

21/07/2018

4301 à 4310 - R.Pitti, W-E.Henley, H.Queuille, C.Darwin, G.Ricaud-François, S.Zweig,

 

4301 – Préoccupe-toi plutôt de ta Conscience que de ta réputation . Parce que ta réputation c'est ce que les autres pensent de toi.

            Ta conscience, c'est ce que tu es.

     Raphaël PITTI (dans La Croix des 30/06-1/07/2018)

 Mots clefs: conscience, réputation

 

4302 - Aussi étroit soit le chemin

           Je suis le maître de mon destin.

           Je suis le capitaine de mon âme.

     William-Ernest HENLEY (Invictus - dans La Croix des 30/06-1/07/2018)

 Mots clefs: âme, destin, responsabilité (- de sa vie)

 

4303 – Il n'est pas de problème dont une absence de solution ne puisse par venir à bout.

     Henri QUEUILLE (cité dans La Croix des 30/06-1/07/2018)

 Mots clefs: problème, solution

 

4304 – Dès qu'il y a du vivant, il y a de l'intelligence.

     Charles DARWIN (cité dans Ouest-France daté du 24/06/18)

 Mots clefs: intelligence, vie, vivant

 

4305 – Redresser son corps, c'est redresser son esprit.

    Gene RICAUD – FRANCOIS (cité dans Ouest-France daté du 24/06/18)

 Mots clefs: attitude, corps, esprit, maintien

 

4306 – […] ce seul projet d'aider et d'être désormais utile aux autres me procura une sorte d'exaltation. J'aurais voulu chanter, faire n'importe quelle folie, emporté par ce sentiment ailé de légèreté; c'est de savoir qu'on représente quelque chose pour autrui, c'est cela seul qui donne un sens et une motivation à l'existence de quelqu'un.

     Stefan ZWEIG (Impatience du cœur)

   Éditions Gallimard – Collection La Pléiade – t. 2 - 2013 – page 510

 Mots clefs: altruisme, chanter, exaltation, folie, motivation, sens (- de la vie), sentiment

 

4307 – Le malheur rend vulnérable et la souffrance permanente rend injuste. De même qu'entre le créancier et son débiteur il subsiste toujours un malaise insurmontable du fait qu'au premier, par définition, est dévolu le rôle de la générosité, quand l'autre est réduit à la dépendance, il y a chez le malade, exactement de la même façon, une irritation latente et toujours prête à exploser dès qu'il perçoit la moindre condescendance dans une prévenance serviable.

     Stefan ZWEIG (Impatience du cœur)

   Éditions Gallimard – Collection La Pléiade – t. 2 - 2013 – page 514

 Mots clefs: condescendance, dépendance, générosité, maladie, prévenance

 

4308 – La conscience trouve toujours à se soulager s'il est possible d'imputer à la victime au moins une pécadille.

    Stefan ZWEIG (Impatience du cœur)

   Éditions Gallimard – Collection La Pléiade – t. 2 - 2013 – page 593

 Mots clefs: conscience, soulagement, victime

 

4309 - […] pour peu qu'ils se complètent judicieusement, bien souvent les contraires aboutissent à la plus parfaite harmonie et ce sont les unions les plus improbables qui se révèlent les plus naturelles.

     Stefan ZWEIG (Impatience du cœur)

   Éditions Gallimard – Collection La Pléiade – t. 2 - 2013 – page 601

 Mots clefs: contraire, harmonie, union

 

4310 – Tout est possible, y compris l'impossible. Car tandis que notre science actuelle frappe en vain des deux poings sur un portail verrouillé, souvent déjà, sans qu'on le sache, une autre porte est grande ouverte sur l'arrière de la bâtisse. Si nos méthodes échouent, eh bien, trouvons-en une nouvelle, et si la science est à bout de ressources, eh bien, il reste encore le miracle – oui, il y a aujourd'hui encore des miracles dans notre médecine.

     Stefan ZWEIG (Impatience du cœur)

   Éditions Gallimard – Collection La Pléiade – t. 2 - 2013 – page 611

 Mots clefs: impossible, médecine, miracle, recherche, science

18:53 Publié dans Citations | Lien permanent | Commentaires (0)

12/07/2018

4281 à 4290 - F.Dostoïevski, J.Barbey d'Aurevilly, S.Zweig

4281 - - Savez-vous, que je mens encore maintenant peut-être? Oui, je mens, c'est certain. Le principal, c'est que je crois ce que je dis lorsque je mens. Le plus difficile, c'est de vivre et de ne pas mentir... et... et de ne pas croire à ses propres mensonges. Oui, oui, voilà le plus difficile.

     Fiodor DOSTOIEVSKI (Les Démons)

  Éditions Gallimard – Collection La Pléiade – 1955 – pages 681/682

 Mot clef: mensonge

 

4282 - - […] l'athéisme complet est plus respectable que l'indifférence des gens du monde.

    Fiodor DOSTOIEVSKI (Les Démons)

  Éditions Gallimard – Collection La Pléiade – 1955 – page 714

 Mots clefs: agnosticisme, athéisme, indifférence

 

4283 - - « On ne sent pas sa propre puanteur »

    Proverbe juif cité dans Fiodor DOSTOIEVSKI (Les Démons)

  Éditions Gallimard – Collection La Pléiade – 1955 – page 728

 Mots clefs: puanteur

 

4284 – Tant d'honnêtes poules couvèrent, sous leurs ailes rognées, l'essor, bleu et vert métallique d'un beau canard sauvage.

    Fiodor DOSTOIEVSKI (Les Démons)

  Éditions Gallimard – Collection La Pléiade – 1955 – page 719

 Mots clefs: canard, descendance, enfant, hérédité, mère, poule

 

4285 - - […] les gens qui ne mentent pas spontanément […] sont des paresseux, qui ne se donnent même pas la peine d'arranger un peu la vérité, quand ce ne serait que par politesse, ou bien pour intriguer...

     Fiodor DOSTOIEVSKI (Les Démons)

  Éditions Gallimard – Collection La Pléiade – 1955 – page 744

 Mots clefs: mensonge, politesse, vérité

 

4286 - - … Mais c'est l'histoire de toutes les jeunes filles, ces douces stoïques, de répondre qu'elles ne souffrent pas, quand elles souffrent... Les femmes sont si bien faites pour la souffrance, elle est si bien leur destinée, elles commencent de l'éprouver de si bonne heure et elles en sont si peu étonnées, qu'elles disent longtemps encore qu'elle n'est pas là, quand elle est venue.

    Jules BARBEY d'AUREVILLY

  Éditions Gallimard – Coll. La Pléiade – T. II – Page 297

 Mots clefs: dolorisme, femme, souffrance

 

4287 - Car elle ignorait encore qu'une douleur profonde est comme un cours d'eau souterrain, silencieux mais impatient, qui creuse la roche de la montagne et, plein de colère impuissante, frappe longuement aux portes de frayages encore inaccessibles, et qu'un beau jour, il fait éclater la cloison et se rue dans un élan impétueux et dévastateur vers la vallée verdoyante, qui fleurissait dans une confiante et innocente sécurité.

    Stefan ZWEIG (L'Amour d'Erika Ewald)

  Éditions Gallimard – Collection La Pléiade – 2013 – page 95

 Mots clefs: colère, douleur, explosion, inondation, torrent

 

4288 – Seuls les enfants solitaires peuvent garder pour eux leur passion: les autres éparpillent leurs sentiments en mondanités, les usent en confidences, ils ont beaucoup lu et entendu sur l'amour et savent que l'amour est un destin commun. Ils jouent avec lui comme avec une babiole, ils s'en vantent comme les garçons se vantent de leur première cigarette.

    Stefan ZWEIG (Lettre d'une inconnue)

  Éditions Gallimard – Collection La Pléiade – 2013 – page 661

 Mots clefs: amour, enfant, passion, solitude

 

4289 – Je ne sais pas si j'ai jamais été comme un être bon, mais... je crois avoir été toujours secourable... C'est que dans cette sale vie,, là-bas, c'était la seule joie qu'on avait, avec le peu de science qu'on s'était inculqué dans la cerveau,que de pouvoir permettre à un être vivant de continuer à respirer... la joie de jouer au Bon Dieu, en quelque sorte...

    Stefan ZWEIG (Amok)

  Éditions Gallimard – Collection La Pléiade – 2013 – page 777

 Mots clefs: bonté, dieu, joie, science, solidarité

 

4290 – […] le Créateur a en quelque sorte fabriqué les sens des hommes de travers, de sorte que leur volonté exige tout le temps des femmes le contraire de ce qu'elles leur accordent: si l'une d'elles donne son corps avec facilité, ils lui savent peu gré de ce présent et font comme s'ils ne pouvaient aimer convenablement que l'innocence. Mais si une femme défend son innocence, ils vont être tentés au septuple de lui arracher ce qu'elle protège. Ainsi, aucun désir ne comble ni ne contente jamais le déchirement masculin, qui veut une éternelle opposition entre la chair et l'esprit.

    Stefan ZWEIG (Les Deux Sœurs)

  Éditions Gallimard – Collection La Pléiade – 2013 – page 915

 Mots clefs: chair, déchirement, désir, innocence, facile (femme -)

17:28 Publié dans Citations | Lien permanent | Commentaires (0)

28/06/2018

4271à 4280 - F.Dostoïevski, C.Angot, Y.Queffelec, Colette

4271 - - Je le déclare d'avance: je m'incline devant la grandeur du génie, mais pourquoi ces messieurs, nos hommes de génie, parvenus au terme de leurs années glorieuses se comportent-ils exactement comme des gamins?

    Fiodor DOSTOIEVSKI (Les Démons)

   Éditions Gallimard – Collection La Pléiade – 1955 – page 500

 Mots clefs: gamin, génie (homme de - ), grandeur

 

4272 - - Une victime peut être plus perverse que ses bourreaux si elle est consentante.

     Christine ANGOT (entendue à la télévision)

 Mots clefs: bourreau, consensus, perversion, victime

 

4273 - - Le Breton a les pieds sur terre et l'âme au large. 

     Yann QUEFFELEC (entendu à la radio – France-Inter le 25/06/2018)

 Mots clefs: âme, Breton, large, pied terre

 

4274 – Pour la première fois, Antoine éprouve l'indigence des moyens de plaire, et qu'un amoureux ne saurait être beau, s'il n'est aimé...

     COLETTE (L'ingénue libertine)

   Ed. Gallimard – Coll. La Pléiade – 1984 – Page 707

 Mots clefs: amoureux, beauté, plaire

 

4275 - - Hommes mesquins! que vous manque-t-il pour me comprendre? Mais savez-vous... savez-vous que l'humanité peut le cas échéant se passer des Anglais, qu'elle peut se passer de l'Allemagne, qu'elle ne peut que trop bien se passer des Russes, et du pain, et de la science, mais que seule la beauté lui est indispensable car sans elle il n'y aurait plus rien à faire sur la terre! Voilà tout le secret, voilà toute l'histoire! La science elle-même ne pourrait un seul instant subsister sans la beauté!

     Fiodor DOSTOIEVSKI (Les Démons)

   Éditions Gallimard – Collection La Pléiade – 1955 – page 510

 Mots clefs: Allemagne, Anglais, beauté, humanité, pain, Russe, science.

 

4276 - - Faire relier un livre, c'est signe que l'on a du respect pour le livre, cela montre non seulement que l'on aime à lire, mais que l'on a reconnu l'importance de la lecture.

     Fiodor DOSTOIEVSKI (Les Démons)

  Éditions Gallimard – Collection La Pléiade – 1955 – page 606

 Mots clefs: lecture, livre, reliure

 

4277 - - […] Tous les hommes sont coupables, tous ont des torts... si seulement tout le monde s'en rendait compte!...

    Fiodor DOSTOIEVSKI (Les Démons)

  Éditions Gallimard – Collection La Pléiade – 1955 – page 612

 Mots clefs: culpabilité, humanité

 

4278 - L'apparition d'un nouvel être est un grand mystère, un mystère incompréhensible, Arina Prokhorovna, et c'est dommage que vous ne le compreniez pas […]. Ils étaient deux et voilà qu'apparaît un nouvel esprit, complet, achevé, tel que n'en a jamais créé main humaine, une nouvelle pensée, un nouvel amour. C'est même terrible... Il n'y a rien de plus grand au monde.

     Fiodor DOSTOIEVSKI (Les Démons)

  Éditions Gallimard – Collection La Pléiade – 1955 – pages 621/622

 Mots clefs: amour, esprit, être(- humain), mystère, naissance

 

4279 - - […] Tais-toi! Tu ne comprends rien. Si Dieu n'est pas, je suis Dieu.

           - C'est précisément ce point que je n'ai jamais pu comprendre chez vous: pourquoi êtes-vous Dieu?

           - Si Dieu est, toute la volonté lui appartient et en dehors de sa volonté,je ne puis rien. S'il n'est pas, toute la volonté m'appartient et je dois proclamer ma propre volonté. […] Je dois me brûler la cervelle, parce que la manifestation suprême de ma volonté, c'est le suicide.

     Fiodor DOSTOIEVSKI (Les Démons)

  Éditions Gallimard – Collection La Pléiade – 1955 – pages 646/647

 Mots clefs: Dieu, suicide, volonté

 

4280 - - Oh, pardonnons, pardonnons avant tout, pardonnons à tous et toujours!... Espérons que l'on nous pardonnera aussi. Oui, parce que chacun de nous est coupable envers les autres. Tout le monde est coupable.

     Fiodor DOSTOIEVSKI (Les Démons)

  Éditions Gallimard – Collection La Pléiade – 1955 – page 674

 Mots clefs: culpabilité, humanité, pardon

 

 

16:39 Publié dans Citations | Lien permanent | Commentaires (0)

 
Accueil Blog50 | Créez gratuitement votre blog | Avec notretemps.com | Toute l'info retraite | Internet facile | Vos droits | Votre argent | Loisirs | Famille Maison | Cuisine | Jeux | Services | Boutique