compteur
logo Blog50.com
Blog 50 est un service gratuit offert par Notre Temps

30/03/2018

4191 à 4200 - F.Dostoïevski

 

4191 - […] elle paraissait d'ailleurs bien plus jeune que son âge, ce qui arrive souvent aux femmes qui ont su garder jusqu'aux approches de la vieillesse, leur fraîcheur d'âme, leur esprit lucide et un cœur innocent et chaleureux. Ajoutons entre parenthèses, que c'est là le seul moyen de conserver sa beauté jusqu'à un âge avancé.

    Fiodor DOSTOIEVSKI (Crime et châtiment)

  Éditions Gallimard – Collection La Pléiade – 1991 – page 254

 Mots clefs: âge, beauté, fraîcheur (- d'âme), jeunesse, vieillesse

 

4192 – On compte un homme de génie sur des millions; et des milliers de milliers d'hommes passent sur terre avant de fournir une de ces intelligences qui changent la face du monde.

    Fiodor DOSTOIEVSKI (Crime et châtiment)

   Éditions Gallimard – Collection La Pléiade – 1991 – page 316

 Mot clef: génie

 

4193 - […] Marfa Petrovna, voyant que je m'ennuyais, m'engagea elle-même à deux reprises à faire un voyage à l'étranger. Mais quoi, j'y étais déjà allé autrefois et je m'y étais affreusement déplu. Vous y contemplez un lever de soleil ou la baie de Naples, la mer, et une tristesse vous envahit; le plus vexant est que vous éprouvez une véritable nostalgie. Non, on est mieux chez nous. On peut au moins y accuser les autres de tout le mal et se justifier à ses propres yeux.

     Fiodor DOSTOIEVSKI (Crime et châtiment)

   Éditions Gallimard – Collection La Pléiade – 1991 – page 338

 Mots clefs: casanier, mer, Naples, nostalgie, tristesse, voyage

 

4194 - - Quelles cornes? Et pourquoi des cornes? Absurde, vous dis-je. Au contraire, l'union libre les fera disparaître. Les cornes ne sont que la conséquence du mariage légal, son correctif pour ainsi dire, une protestation, et, envisagées ainsi, elles n'ont même rien d'humiliant... et, si jamais – chose absurde à supposer – je contractais une union légale, je me sentirais fort heureux de porter ces maudites cornes, et je dirais à ma femme: « Jusqu'ici mon amie, je me suis borné à t'aimer, mais maintenant je te respecte pour avoir su protester! »

    Fiodor DOSTOIEVSKI (Crime et châtiment)

   Éditions Gallimard – Collection La Pléiade – 1991 – pages 433/434

 Mots clefs: cocuage, corne, mariage, union (- libre)

 

4195 - - Plus tard, j'ai compris, Sonia, qu'à vouloir attendre que tout le monde devienne intelligent, on risque de perdre beaucoup de temps... Ensuite, j'ai pu me convaincre que ce moment n'arriverait jamais, que les hommes ne pourraient changer, qu'il n'était au pouvoir de personne de les modifier. L'essayer n'eût été qu'une perte de temps inutile... Oui, tout cela est vrai... C'est la loi humaine... La loi, Sonia, voilà... Et maintenant, je sais, Sonia, que celui qui est doté d'une volonté, d'un esprit puissant, n'a pas de peine à devenir leur maître. Qui ose beaucoup a raison devant eux. Qui les brave et les méprise gagne leur respect. Il devient leur législateur. C'est ce qui s'est toujours vu et se verra toujours. Il faudrait être aveugle pour ne pas s'en apercevoir.

    Fiodor DOSTOIEVSKI (Crime et châtiment)

   Éditions Gallimard – Collection La Pléiade – 1991 – pages 476/477

 Mots clefs: bêtise, changement, législation, maître

 

4196 - […] le pouvoir n'est donné qu'à celui qui ose se baisser pour le prendre. Tout est là, il suffit d'oser.

     Fiodor DOSTOIEVSKI (Crime et châtiment)

   Éditions Gallimard – Collection La Pléiade – 1991 – page 477

 Mots clefs: audace, pouvoir

 

4197 - - Non, mais je veux dire que, si on arrive à convaincre quelqu'un à l'aide de la logique, qu'il n'a pas lieu de pleurer, eh bien, il ne pleure plus... C'est clair. Et vous, vous pensez le contraire?

- La vie serait trop facile, alors, répondit Raskalnikov.

     Fiodor DOSTOIEVSKI (Crime et châtiment)

   Éditions Gallimard – Collection La Pléiade – 1991 – page 483

 Mots clefs: convaincre, logique, pleurs, vie

 

4198 - Il n'est au monde rien de plus difficile que la franchise et rien de plus aisé que la flatterie. […] Mais la flatterie peut n'être que mensonge et fausseté, elle n'en demeure pas moins agréable; elle est accueillie avec plaisir, un plaisir vulgaire, si vous voulez, mais qui n'est pas moins réel. Et si grossière soit-elle, cette flatterie nous paraît toujours recéler un point de vérité.

     Fiodor DOSTOIEVSKI (Crime et châtiment)

   Éditions Gallimard – Collection La Pléiade – 1991 – page 537

 Mots clefs: flatterie, franchise, mensonge, vérité

 

4199 - - […] Mais ne répondez jamais de ce qui se passe entre mari et femme ou amant et maîtresse. Il y a toujours là un petit coin qui reste caché à tout le monde et n'est connu que des intéressés.

     Fiodor DOSTOIEVSKI (Crime et châtiment)

   Éditions Gallimard – Collection La Pléiade – 1991 – page 539

 Mots clefs: alcôve, amant, couple, femme, maîtresse, mari, secret

 

4200 – Chacun s'occupe de soi-même ici-bas et celui-là a la vie gaie qui arrive à se créer des illusions...

     Fiodor DOSTOIEVSKI (Crime et châtiment)

   Éditions Gallimard – Collection La Pléiade – 1991 – page 542

 Mots clefs: égoïsme, illusions

11:53 Publié dans Citations | Lien permanent | Commentaires (0)

06/02/2018

4181 à 4190 - F.Dostoïevski, P.Pascal

4181 - « Je t'aime tant! Et je te fais souffrir afin que tu t'en rendes compte. » Connais-tu cela? Il peut arriver qu'on tourmente un homme précisément parce qu'on l'aime. Les femmes font ça. Et pendant ce temps-là elle songe: « Je t'aimerai tellement, je te caresserai tant, que vraiment il doit m'être permis de te tourmenter un peu maintenant. »

    Fiodor DOSTOIEVSKI (Le sous-sol)

   Éditions Gallimard – Collection La Pléiade – 1956 – page 769

 Mots clefs: amour, cruauté, femme, souffrance, tourmenter

 

4182 – En effet, je me pose aujourd'hui cette question bien oiseuse. Qu'est-ce qui est préférable:un bonheur vulgaire ou des souffrances élevées? Dites-moi un peu ce qui vaut mieux!

     Fiodor DOSTOIEVSKI (Le sous-sol)

   Éditions Gallimard – Collection La Pléiade – 1956 – page 797

 Mots clefs: bonheur, souffrance

 

4183 – Et qu'avons-nous à nous agiter? Que cherchons-nous? Que demandons-nous? Nous ne le savons pas nous-mêmes, et si nos désirs étaient exaucés, nous serions les premiers à en souffrir.

     Essayez, par exemple, donnez-nous un peu plus de liberté, dénouez nos mains, élargissez notre cercle d'action, lâchez les rênes... Eh bien, je vous l'assure, nous demanderons aussitôt d'être replacés sous tutelle.

    Fiodor DOSTOIEVSKI (Le sous-sol)

  Éditions Gallimard – Collection La Pléiade – 1956 – page 798

 Mots clefs: désir, liberté, tutelle

 

4184 – La vie serait belle si les hommes le voulaient: cela dépendrait d'eux. Il y fallait de l'intelligence, de la bonne volonté et de l'amour.

     Pierre PASCAL (« Dostoïevski  après le bagne » dans Introduction à « Crime et châtiment » - Fiodor Dostoïevski)

   Éditions Gallimard – Collection La Pléiade – 1991 – page 8

 Mots clefs: beauté (- de la vie), vie

 

4185 – Pour écrire bien, il faut souffrir, souffrir.

     Fiodor DOSTOIEVSKI (Chronologie dans « Crime et châtiment »)

  Éditions Gallimard – Collection La Pléiade – 1991 – page 34

 Mots clefs: écrivain, souffrance

 

4186 – Il serait curieux de savoir ce que les hommes redoutent par-dessus tout. Ce qui les tire de leurs habitudes, voilà ce qui les effraient le plus...

     Fiodor DOSTOIEVSKI (Chronologie dans « Crime et châtiment »)

   Éditions Gallimard – Collection La Pléiade – 1991 – page 40

 Mots clefs: crainte, habitudes

 

4187 – J'ai seulement prétendu que c'était un brave homme en son genre. Et, après tout, si l'on voulait considérer les gens en leur appliquant les règles générales, en resterait-il beaucoup de vraiment bons?

     Fiodor DOSTOIEVSKI (Crime et châtiment)

   Éditions Gallimard – Collection La Pléiade – 1991 – page 179

 Mots clefs: bonté, brave (- homme)

 

4188 – Vivre, vivre, seulement vivre n'importe comment mais vivre... Que c'est donc vrai Seigneur, que c'est donc vrai... L'homme est un lâche... et lâche est celui qui lui reproche cette lâcheté.

     Fiodor DOSTOIEVSKI (Crime et châtiment)

   Éditions Gallimard – Collection La Pléiade – 1991 – page 34

 Mots clefs: lâcheté, vivre.

 

4189 – Les locataires repassèrent la porte, l'un après l'autre, avec cet étrange sentiment de satisfaction intime que l'homme le plus compatissant ne peut s'empêcher d'éprouver à la vue du malheur d'autrui, fût-ce celui d'un ami cher.

    Fiodor DOSTOIEVSKI (Crime et châtiment)

   Éditions Gallimard – Collection La Pléiade – 1991 – page 230

 Mots clefs: malheur (- d'autrui), satisfaction

 

4190 – J'aime cela, qu'on se trompe!... C'est la seule supériorité de l'homme sur les autres organismes. C'est ainsi qu'on arrive à la vérité! Je suis un homme, et c'est parce que je me trompe que je suis un homme. On n'est jamais arrivé à aucune vérité sans s'être trompé au moins quatorze fois ou peut-être même cent-quatorze et c'est peut-être un honneur.

     Fiodor DOSTOIEVSKI (Crime et châtiment)

   Éditions Gallimard – Collection La Pléiade – 1991 – page 251

 Mots clefs: erreur, vérité

 

09:03 Publié dans Citations | Lien permanent | Commentaires (0)

04/02/2018

4171 à 4180 - A.Barrico, F.Dostoïevski

4171 - […] la vie n'est pas assez grande pour y faire entrer tout ce que le désir peut imaginer.

     Alessandro BARICCO (Océan mer )

   Éditions Gallimard – Collection Folio – 2008 – page 210

 Mots clefs: désir, vie

 

4172 - « C'est une belle manière de se perdre, que se perdre dans les bras l'un de l'autre. »

     Alessandro BARICCO (Océan mer )

   Éditions Gallimard – Collection Folio – 2008 – page 212

 Mots clefs: perdre (se - )

 

4173 - […] la volupté, en ce cas, provenant de ce que je me rendais trop bien compte de mon humiliation; elle tenait à la sensation d'avoir atteint ma dernière limite: ta situation est abominable, mais elle ne peut être autre; il ne te reste nulle issue; jamais tu ne pourras changer, car si même tu avais le temps et la foi nécessaire, toi-même ne voudrais pas devenir un autre homme; et, d'ailleurs, si même tu voulais changer, tu en serais incapable; en effet, changer en quoi? Il n'y a peut-être rien d'autre.

     Fiodor DOSTOIEVSKI (Le sous-sol)

   Éditions Gallimard – Collection La Pléiade – 1956 – pages 689/690

 Mots clefs: changer (- de personnalité), humiliation, volonté, volupté

 

4174 – Tout cela provient de ce que je ne m'estime pas: mais celui qui se connaît peut-il s'estimer, ne fût-ce qu'un peu?

    Fiodor DOSTOIEVSKI (Le sous-sol)

   Éditions Gallimard – Collection La Pléiade – 1956 – page 696

 Mots clefs: connaissance (- de soi-même), estime (- de soi-même)

 

4175 – Le fruit légal, le fruit naturel de la conscience, c'est, en effet, l'inertie: on se croise sciemment les bras. J'en ai déjà parlé. Je le répète, je le répète avec insistance: tous les hommes simples et sincères, tous les hommes actifs sont actifs justement parce qu'ils sont obtus et médiocres.

     Fiodor DOSTOIEVSKI (Le sous-sol)

   Éditions Gallimard – Collection La Pléiade – 1956 – page 698

 Mots clefs: action, bêtise, inaction, inertie, médiocrité, paresse

 

4176 - […] le désir est l'expression de la totalité de la vie, c'est à dire de la vie humaine tout entière, y compris la raison et ses scrupules; et bien que notre vie, telle qu'elle s'exprime ainsi, revête souvent un aspect très vilain, ce n'est pas moins la vie et non pas l'extraction de la racine carrée.

      Fiodor DOSTOIEVSKI (Le sous-sol)

   Éditions Gallimard – Collection La Pléiade – 1956 – page 707

 Mots clefs: désir, vie

 

4177 - […] Heine assure qu'il ne peut exister de biographies exactes et que l'homme ment toujours lorsqu'il parle de lui-même.

    Fiodor DOSTOIEVSKI (Le sous-sol)

   Éditions Gallimard – Collection La Pléiade – 1956 – page 718

 Mots clefs: autobiographie, Heine, mensonge

 

4178 – Un homme honnête et cultivé ne peut être vaniteux qu'à condition d'être infiniment exigent pour lui-même et de se mépriser parfois jusqu'à la haine.

     Fiodor DOSTOIEVSKI (Le sous-sol)

   Éditions Gallimard – Collection La Pléiade – 1956 – page 721

 Mots clefs: exigence (- pour soi-même), mépris (de soi-même), vanité

 

4179 - […] je constatais que je ne ressemblais à personne et que personne ne me ressemblait. « Je suis seul, tandis qu'eux, ils sont tous! » me disais-je; et je me mettais à réfléchir.

     Fiodor DOSTOIEVSKI (Le sous-sol)

   Éditions Gallimard – Collection La Pléiade – 1956 – page 722

 Mots clefs: ressemblance, solitude, unicité

 

4180 – Si l'on aime, on peut même se passer de bonheur. La vie est belle, même dans la peine. Il est bon de vivre, quelle que soit cette vie.

     Fiodor DOSTOIEVSKI (Le sous-sol)

   Éditions Gallimard – Collection La Pléiade – 1956 – page 765

 Mots clefs: amour, beauté (- de la vie), bonheur, vie

15:00 Publié dans Citations | Lien permanent | Commentaires (0)

21/01/2018

Bonjour

 – Loin d’être une activité indépendante du reste de l’existence quotidienne, la sexualité est le miroir, sans doute le moins déformant d’un être. Elle reflète l’image qu’il a de son partenaire, la valeur qu’il lui attribue, le respect ou le manque de respect qu’il lui manifeste, et la peur, peut-être, qu’il lui inspire. Au lit, comme dans la vie, on se conduit selon les normes et les mœurs en usage dans la collectivité à laquelle on appartient. Le comportement sexuel n’est jamais que la manifestation d’une façon d’être beaucoup plus générale.

 

    Maurice T.MASCHINO (dans le Nouvel Observateur daté du 22 janv.1998)

 

  Voir Résonance n° 2595

03/12/2017

4161 à 4170 - A.Baricco

4161 - « (…) Je me suis pâmé, il y a huit jours, devant un campement de Bohémiens qui s'étaient établis à Rouen. — Voilà la troisième fois que j'en vois — Et toujours avec un nouveau plaisir. L'admirable, c'est qu'ils excitaient la Haine des bourgeois, bien qu'inoffensifs comme des moutons. Je me suis fait très mal voir de la foule en leur donnant quelques sous — Et j'ai entendu de jolis mots à la Prud'homme. Cette haine-là tient à quelque chose de très profond et de complexe. On la retrouve chez tous les gens d'ordre. C'est la haine que l'on porte au Bédouin, à l'Hérétique, au Philosophe, au solitaire, au poète, à l'artiste — Et il y a de la peur dans cette haine. Moi qui suis toujours pour les minorités, elle m'exaspère — Il est vrai que beaucoup de choses m'exaspèrent. Du jour où je ne serai plus indigné, je tomberai à plat, comme une poupée à qui on retire,son bâton.(…)»

     Gustave FLAUBERT (Correspondance - Lettre à G. Sand, 12 juin 1867)

   Éditions Gallimard - Coll. La Pléiade - T.5 - pages 653-654

 Mots clefs: Bohémien, bourgeois, haine, indignation, minorité, ordre (gens d'-), xénophobie

4162 – On croit que c'est autre chose qui sauve les gens: le devoir, l'honnêteté, être bon, être juste. Non. Ce sont les désirs qui vous sauvent. Ils sont la seule chose vraie. Si tu marches avec eux, tu seras sauvés.

    Alessandro BARICCO (Océan mer )

   Éditions Gallimard – Collection Folio – 2008 – page 103

 Mots clefs: beauté, désir, devoir, honnêteté, justice, salut

 

4163 – Mais surtout, la mer appelle. Tu le découvriras, Elisewin. Elle ne fait que ça au fond: appeler. Jamais elle ne s'arrête, elle pénètre en toi, elle te reste collée après. C'est toi qu'elle veut. Tu peux faire comme si de rien n'était, c'est inutile. Elle continuera de t'appeler.

     Alessandro BARICCO (Océan mer )

   Éditions Gallimard – Collection Folio – 2008 – page 104

 Mots clefs: appel, mer

 

4164 – Elles font des choses quelquefois, les femmes, ça vous tue. Toi, même dans une vie entière, tu ne serais pas capable un seul instant d'avoir cette légèreté qu'elles ont, elles, quelquefois. Elles sont légères de l'intérieur. De l'intérieur.

     Alessandro BARICCO (Océan mer )

   Éditions Gallimard – Collection Folio – 2008 – page 149

 Mots clefs: femme, légèreté

 

4165 – Elle marchait, et elle savait vers quoi. C'était là l'important. Une sensation merveilleuse. Quand le destin finalement s'entrouvre, et devient chemin visible, trace indéniable, et direction certaine. Le temps interminable de l'approche. Ce moment où l'on accoste. On voudrait qu'il ne finisse jamais. Le geste de s'en remettre au destin. C'est une émotion, ça. Plus de dilemmes, plus de mensonges. Savoir où. Et y aller. Quel qu'il soit ce destin.

    Alessandro BARICCO (Océan mer )

   Éditions Gallimard – Collection Folio – 2008 – pages 175/176

 Mots clefs: but, certitude, chemin, destin

 

4166 - […] afin que nul n'oublie qu'on n'est jamais assez loin pour ne pas se trouver, jamais – jamais assez loin – pour ne pas se trouver – ils l'étaient, ces deux-là, loin, plus loin l'un de l'autre que quiconque, et à présent – elle crie la voix d'Elisewin […] et il pleure.

     Alessandro BARICCO (Océan mer )

   Éditions Gallimard – Collection Folio – 2008 – page 178

 Mots clefs: amour, éloignement, proximité

 

4167 - […] dans les bras d'une femme les chemins qu'on finit par prendre sont biscornus, tu ne les comprends pas toi-même, et au moment où il faudrait tu ne peux pas les raconter,, tu n'as pas les mots pour le faire, des mots qui sonnent bien, là, entre ces baisers, sur cette peau, des mots justes il n'y en a pas, tu as beau chercher dans tout ce que tu es et tout ce que tu as ressenti, tu ne les trouve pas, ils n'ont jamais la bonne musique, c'est la musique qui leur manque, là, entre ces baisers, et sur cette peau, c'est une histoire de musique. Alors, tu parles, tu dis quelque chose, mais c'est misérable.

     Alessandro BARICCO (Océan mer )

   Éditions Gallimard – Collection Folio – 2008 – pages 179/180

 Mots clefs: amour, baiser, communication, justesse ( - des mots), mot, musique, peau

 

4168 - - Vous savez-quoi? J'aurais cru que les amiraux, on les trouvaient sur la mer...

           - Et moi j'aurai cru que les curés, on les trouvaient dans les églises.

           - Oh, c'est à dire, vous savez, Dieu est partout...

           - La mer aussi, mon père. La mer aussi.

     Alessandro BARICCO (Océan mer )

   Éditions Gallimard – Collection Folio – 2008 – page 188

 Mots clefs: amiral, curé, Dieu, église, mer

 

4169 - […] elle apprit que parmi toutes les vies possibles, il faut en choisir une à laquelle s'ancrer, pour pouvoir contempler, sereinement, toutes les autres.

     Alessandro BARICCO (Océan mer )

   Éditions Gallimard – Collection Folio – 2008 – page 188

 Mots clefs: choix (- de vie), vie

 

4170 – Une route à l'intérieur, tout le monde en a une, ce qui facilite, il faut bien le dire, la tâche de notre voyage, et quelquefois, mais pas souvent, la complique.

     Alessandro BARICCO (Océan mer )

   Éditions Gallimard – Collection Folio – 2008 – page 195

 Mots clefs: route ( - de vie), vie, voyage

19:00 Publié dans Citations | Lien permanent | Commentaires (0)

 
Accueil Blog50 | Créez gratuitement votre blog | Avec notretemps.com | Toute l'info retraite | Internet facile | Vos droits | Votre argent | Loisirs | Famille Maison | Cuisine | Jeux | Services | Boutique