compteur
logo Blog50.com
Blog 50 est un service gratuit offert par Notre Temps

12/07/2018

4281 à 4290 - F.Dostoïevski, J.Barbey d'Aurevilly, S.Zweig

4281 - - Savez-vous, que je mens encore maintenant peut-être? Oui, je mens, c'est certain. Le principal, c'est que je crois ce que je dis lorsque je mens. Le plus difficile, c'est de vivre et de ne pas mentir... et... et de ne pas croire à ses propres mensonges. Oui, oui, voilà le plus difficile.

     Fiodor DOSTOIEVSKI (Les Démons)

  Éditions Gallimard – Collection La Pléiade – 1955 – pages 681/682

 Mot clef: mensonge

 

4282 - - […] l'athéisme complet est plus respectable que l'indifférence des gens du monde.

    Fiodor DOSTOIEVSKI (Les Démons)

  Éditions Gallimard – Collection La Pléiade – 1955 – page 714

 Mots clefs: agnosticisme, athéisme, indifférence

 

4283 - - « On ne sent pas sa propre puanteur »

    Proverbe juif cité dans Fiodor DOSTOIEVSKI (Les Démons)

  Éditions Gallimard – Collection La Pléiade – 1955 – page 728

 Mots clefs: puanteur

 

4284 – Tant d'honnêtes poules couvèrent, sous leurs ailes rognées, l'essor, bleu et vert métallique d'un beau canard sauvage.

    Fiodor DOSTOIEVSKI (Les Démons)

  Éditions Gallimard – Collection La Pléiade – 1955 – page 719

 Mots clefs: canard, descendance, enfant, hérédité, mère, poule

 

4285 - - […] les gens qui ne mentent pas spontanément […] sont des paresseux, qui ne se donnent même pas la peine d'arranger un peu la vérité, quand ce ne serait que par politesse, ou bien pour intriguer...

     Fiodor DOSTOIEVSKI (Les Démons)

  Éditions Gallimard – Collection La Pléiade – 1955 – page 744

 Mots clefs: mensonge, politesse, vérité

 

4286 - - … Mais c'est l'histoire de toutes les jeunes filles, ces douces stoïques, de répondre qu'elles ne souffrent pas, quand elles souffrent... Les femmes sont si bien faites pour la souffrance, elle est si bien leur destinée, elles commencent de l'éprouver de si bonne heure et elles en sont si peu étonnées, qu'elles disent longtemps encore qu'elle n'est pas là, quand elle est venue.

    Jules BARBEY d'AUREVILLY

  Éditions Gallimard – Coll. La Pléiade – T. II – Page 297

 Mots clefs: dolorisme, femme, souffrance

 

4287 - Car elle ignorait encore qu'une douleur profonde est comme un cours d'eau souterrain, silencieux mais impatient, qui creuse la roche de la montagne et, plein de colère impuissante, frappe longuement aux portes de frayages encore inaccessibles, et qu'un beau jour, il fait éclater la cloison et se rue dans un élan impétueux et dévastateur vers la vallée verdoyante, qui fleurissait dans une confiante et innocente sécurité.

    Stefan ZWEIG (L'Amour d'Erika Ewald)

  Éditions Gallimard – Collection La Pléiade – 2013 – page 95

 Mots clefs: colère, douleur, explosion, inondation, torrent

 

4288 – Seuls les enfants solitaires peuvent garder pour eux leur passion: les autres éparpillent leurs sentiments en mondanités, les usent en confidences, ils ont beaucoup lu et entendu sur l'amour et savent que l'amour est un destin commun. Ils jouent avec lui comme avec une babiole, ils s'en vantent comme les garçons se vantent de leur première cigarette.

    Stefan ZWEIG (Lettre d'une inconnue)

  Éditions Gallimard – Collection La Pléiade – 2013 – page 661

 Mots clefs: amour, enfant, passion, solitude

 

4289 – Je ne sais pas si j'ai jamais été comme un être bon, mais... je crois avoir été toujours secourable... C'est que dans cette sale vie,, là-bas, c'était la seule joie qu'on avait, avec le peu de science qu'on s'était inculqué dans la cerveau,que de pouvoir permettre à un être vivant de continuer à respirer... la joie de jouer au Bon Dieu, en quelque sorte...

    Stefan ZWEIG (Amok)

  Éditions Gallimard – Collection La Pléiade – 2013 – page 777

 Mots clefs: bonté, dieu, joie, science, solidarité

 

4290 – […] le Créateur a en quelque sorte fabriqué les sens des hommes de travers, de sorte que leur volonté exige tout le temps des femmes le contraire de ce qu'elles leur accordent: si l'une d'elles donne son corps avec facilité, ils lui savent peu gré de ce présent et font comme s'ils ne pouvaient aimer convenablement que l'innocence. Mais si une femme défend son innocence, ils vont être tentés au septuple de lui arracher ce qu'elle protège. Ainsi, aucun désir ne comble ni ne contente jamais le déchirement masculin, qui veut une éternelle opposition entre la chair et l'esprit.

    Stefan ZWEIG (Les Deux Sœurs)

  Éditions Gallimard – Collection La Pléiade – 2013 – page 915

 Mots clefs: chair, déchirement, désir, innocence, facile (femme -)

17:28 Publié dans Citations | Lien permanent | Commentaires (0)

28/06/2018

4271à 4280 - F.Dostoïevski, C.Angot, Y.Queffelec, Colette

4271 - - Je le déclare d'avance: je m'incline devant la grandeur du génie, mais pourquoi ces messieurs, nos hommes de génie, parvenus au terme de leurs années glorieuses se comportent-ils exactement comme des gamins?

    Fiodor DOSTOIEVSKI (Les Démons)

   Éditions Gallimard – Collection La Pléiade – 1955 – page 500

 Mots clefs: gamin, génie (homme de - ), grandeur

 

4272 - - Une victime peut être plus perverse que ses bourreaux si elle est consentante.

     Christine ANGOT (entendue à la télévision)

 Mots clefs: bourreau, consensus, perversion, victime

 

4273 - - Le Breton a les pieds sur terre et l'âme au large. 

     Yann QUEFFELEC (entendu à la radio – France-Inter le 25/06/2018)

 Mots clefs: âme, Breton, large, pied terre

 

4274 – Pour la première fois, Antoine éprouve l'indigence des moyens de plaire, et qu'un amoureux ne saurait être beau, s'il n'est aimé...

     COLETTE (L'ingénue libertine)

   Ed. Gallimard – Coll. La Pléiade – 1984 – Page 707

 Mots clefs: amoureux, beauté, plaire

 

4275 - - Hommes mesquins! que vous manque-t-il pour me comprendre? Mais savez-vous... savez-vous que l'humanité peut le cas échéant se passer des Anglais, qu'elle peut se passer de l'Allemagne, qu'elle ne peut que trop bien se passer des Russes, et du pain, et de la science, mais que seule la beauté lui est indispensable car sans elle il n'y aurait plus rien à faire sur la terre! Voilà tout le secret, voilà toute l'histoire! La science elle-même ne pourrait un seul instant subsister sans la beauté!

     Fiodor DOSTOIEVSKI (Les Démons)

   Éditions Gallimard – Collection La Pléiade – 1955 – page 510

 Mots clefs: Allemagne, Anglais, beauté, humanité, pain, Russe, science.

 

4276 - - Faire relier un livre, c'est signe que l'on a du respect pour le livre, cela montre non seulement que l'on aime à lire, mais que l'on a reconnu l'importance de la lecture.

     Fiodor DOSTOIEVSKI (Les Démons)

  Éditions Gallimard – Collection La Pléiade – 1955 – page 606

 Mots clefs: lecture, livre, reliure

 

4277 - - […] Tous les hommes sont coupables, tous ont des torts... si seulement tout le monde s'en rendait compte!...

    Fiodor DOSTOIEVSKI (Les Démons)

  Éditions Gallimard – Collection La Pléiade – 1955 – page 612

 Mots clefs: culpabilité, humanité

 

4278 - L'apparition d'un nouvel être est un grand mystère, un mystère incompréhensible, Arina Prokhorovna, et c'est dommage que vous ne le compreniez pas […]. Ils étaient deux et voilà qu'apparaît un nouvel esprit, complet, achevé, tel que n'en a jamais créé main humaine, une nouvelle pensée, un nouvel amour. C'est même terrible... Il n'y a rien de plus grand au monde.

     Fiodor DOSTOIEVSKI (Les Démons)

  Éditions Gallimard – Collection La Pléiade – 1955 – pages 621/622

 Mots clefs: amour, esprit, être(- humain), mystère, naissance

 

4279 - - […] Tais-toi! Tu ne comprends rien. Si Dieu n'est pas, je suis Dieu.

           - C'est précisément ce point que je n'ai jamais pu comprendre chez vous: pourquoi êtes-vous Dieu?

           - Si Dieu est, toute la volonté lui appartient et en dehors de sa volonté,je ne puis rien. S'il n'est pas, toute la volonté m'appartient et je dois proclamer ma propre volonté. […] Je dois me brûler la cervelle, parce que la manifestation suprême de ma volonté, c'est le suicide.

     Fiodor DOSTOIEVSKI (Les Démons)

  Éditions Gallimard – Collection La Pléiade – 1955 – pages 646/647

 Mots clefs: Dieu, suicide, volonté

 

4280 - - Oh, pardonnons, pardonnons avant tout, pardonnons à tous et toujours!... Espérons que l'on nous pardonnera aussi. Oui, parce que chacun de nous est coupable envers les autres. Tout le monde est coupable.

     Fiodor DOSTOIEVSKI (Les Démons)

  Éditions Gallimard – Collection La Pléiade – 1955 – page 674

 Mots clefs: culpabilité, humanité, pardon

 

 

16:39 Publié dans Citations | Lien permanent | Commentaires (0)

23/06/2018

4261 à 4270 - J.Guehenno, E.Gobilliard, F.Montreynaud, F.Dostoïevski

4261 - […] un certain regard sur le monde et les êtres les change, et, quels qu'ils soient, les explique et les justifie.

    Jean GUEHENNO (Changer la vie)

   Édition Grasset – Les cahiers rouges – 1999 – page 145

 Mot clef: regard

 

4262 – L'amour est ainsi le plus souvent: on aime pour soi, rien que pour soi.

     Jean GUEHENNO (Changer la vie)

   Édition Grasset – Les cahiers rouges – 1999 – page 146

 Mots clefs: amour, égocentrisme

 

4263 – Les livres ne font que rendre ce qu'on leur donne. Ils valent tout juste la volonté de délivrance et de lumière qui inspire celui qui les lit. Ils ne délivrent que ceux qui veulent être délivrés. Quand cet instinct nous quitte, alors c'est comme si le jardin des muses déflorissaient.

     Jean GUEHENNO (Changer la vie)

   Édition Grasset – Les cahiers rouges – 1999 – page 177

 Mots clefs: délivrance, livre, lumière

 

4264 – Tout grand écrivain est aussi un bonimenteur admirable. Il peut bien quelquefois railler toutes choses, comme Hamlet: « Words! Words! », « des mots, des mots », mais en même temps il croit aux mots, fanatiquement, et sa conviction est qu'il transfigure, grâce à eux, même ce qu'il méprise.

     Jean GUEHENNO (Changer la vie)

   Édition Grasset – Les cahiers rouges – 1999 – page 178

 Mots clefs: boniment, écrivain, Hamlet, mot

 

4265 – Je n'avais pas senti ce que [la culture] est dans sa force et son mouvement. J'ai conservé de ce temps-là quatre petits carnets noirs où, des livres que je lisais, je recopiais tout ce qui m'avait semblé le plus beau, des phrases, des images, des maximes, des poèmes. J'y retrouve de vraies belles choses, mais bien de médiocre aussi, fade et mièvre. Je n'avais pas trop bon goût. J'ajoutais, à mesure de mes lectures, des fleurs à mon bouquet, mais il me paraît aujourd'hui un peu fané et bariolé.

     Jean GUEHENNO (Changer la vie)

   Édition Grasset – Les cahiers rouges – 1999 – pages 189/190

 Mots clefs: citation, copie, lecture, résonance

 

4266 – La vérité, quelle qu'elle soit, ne peut pas être triste, si toute joie est dans le mouvement même de l'âme qui la cherche et la pense.

     Jean GUEHENNO (Changer la vie)

   Édition Grasset – Les cahiers rouges – 1999 – page 201

 Mots clefs: âme, joie, vérité

 

4267 - […] on ne change pas sa vie à soi seul et […] il faut pour la changer, changer aussi la vie des autres.

     Jean GUEHENNO (Changer la vie)

   Édition Grasset – Les cahiers rouges – 1999 – page 227

 Mots clefs: changer, vie

 

4268 – On idéalise la vie de l'esprit, mais à aucun moment, nous ne pouvons dire l'amour autrement que par le corps.

    Emmanuel GOBILLIARD (Mgr - ) - cité dans « La Croix » daté du 18/05/2018.

 Mots clefs: amour, corps, esprit

 

4269 – Ce qui est mal nommé obscurcit la pensée, la rend confuse. Ce qui n'est pas nommé n'existe pas, ne compte pas. Les mots sont bien plus que l'habillage d'une idée, ils sont des outils de la pensée. Nous croyons manier des mots mais, si nous les utilisons sans discernement, ce sont eux qui nous manipulent.

     Florence MONTREYNAUD (Le roi des cons – EdLe Robert) – citée dans La Croix des 8-9/04/2018

 Mots clefs: idée, mots, pensée

 

4270 - - […] Vous savez, le succès du socialisme est dû pour une grande part à la sentimentalité. Le malheur, c'est qu'on tombe parfois sur des sous-lieutenants enragés qui se mettent à mordre. Ensuite, il y a les purs coquins; de braves gens, en somme, qui peuvent être fort utiles; cependant on perd beaucoup de temps avec eux, car il faut les surveiller de près. Enfin, la force principale, le ciment qui relie tout, c'est la crainte de l'opinion. C'est une force cela! Je me demande qui nous devons remercier pour avoir si habilement travaillé les esprits que personne n'a plus une seule idée à soi. Ils auraient honte de penser par eux-mêmes.

     Fiodor DOSTOIEVSKI (Les Démons)

Éditions Gallimard – Collection La Pléiade – 1955 – page 408

Mots clefs: opinion, sentimentalité, socialisme

 

17:51 Publié dans Citations | Lien permanent | Commentaires (0)

22/06/2018

4251 à 4260 - F.Dostoïevski, J.Guehenno

4251 - […] Pour le Russe, l'honneur n'est qu'un fardeau inutile, et cela fut ainsi de tout temps, au cours de toute son histoire.

    Fiodor DOSTOIEVSKI (Les Démons)

 Éditions Gallimard – Collection La Pléiade – 1955 – page 392

Mots clefs: honneur, Russe

 

4252 – La vie serait moins grande sans les ténèbres autour d'elle.

   Jean GUEHENNO (Changer la vie)

  Édition Grasset – Les cahiers rouges – 1999 – page 16

 Mots clefs: ténèbres, vie

 

4253 – Et il y a un mot de Vinci: « Passé quarante ans, un homme est responsable de son visage. » Ce n'est pas gai.

    Jean GUEHENNO (Changer la vie)

  Édition Grasset – Les cahiers rouges – 1999 – page 16

 Mots clefs: quarantaine, responsabilité, Vinci, visage

 

4254 – Nous avons valu ce [que nos rêves] valaient. Ils sont nous-mêmes et seuls ont dépendu de nous. Le reste n'est que la part du destin.

    Jean GUEHENNO (Changer la vie)

  Édition Grasset – Les cahiers rouges – 1999 – page 23

 Mots clefs: destin, rêve, valeur

 

4255 – Les philosophies ne sont jamais plus belles que quand elles sont encore poésie, découverte et conquête du monde.

    Jean GUEHENNO (Changer la vie)

  Édition Grasset – Les cahiers rouges – 1999 – page 50

 Mots clefs: découverte,philosophie, poésie

 

4256 - […] notre mémoire est ingrate: nous nous souvenons mal du bonheur. Il s'use et nous use dans le même temps qu'il passe: nous nous donnons à lui tout entiers. Le malheur au contraire, nous partage. Une partie de nous le subit, une autre proteste et résiste, et cette protestation et cette résistance finissent par composer presque toute notre mémoire.

    Jean GUEHENNO (Changer la vie)

  Édition Grasset – Les cahiers rouges – 1999 – page 77

 Mots clefs: bonheur, malheur, mémoire, protestation, résistance

 

4257 – La première révélation que j'eus qu'il y a vraiment un autre monde monde, je pense bien d'avoir due à la musique, je veux dire aux chansons, car c'est tout ce qu'en ce temps-là on savait d'elle chez les ouvriers.

     Jean GUEHENNO (Changer la vie)

  Édition Grasset – Les cahiers rouges – 1999 – page 111

 Mots clefs: chanson, musique, révélation

 

4258 – Dans le chant le plus naïf, pour peu qu'il soit chanté d'une voix pure et naturelle, il peut se rencontrer telle note si exacte, si bien placée, si éloquente qu'elle semble contenir toute la vérité de l'homme et toute l'harmonie de l'univers.

    Jean GUEHENNO (Changer la vie)

  Édition Grasset – Les cahiers rouges – 1999 – page 115

 Mots clefs: chant, harmonie, note, univers, vérité, voix

 

4259 – La peur d'être seul n'est bien souvent que l'horreur du vide, et il se pourrait que la solitude fût la véritable épreuve des êtres. Elle vaut ce qu'on vaut […]. Mais puisqu'en fin de compte, et bon gré mal gré, on y retombe toujours, mieux vaut s'évertuer à faire de soi-même pour soi-même un bon compagnon.

    Jean GUEHENNO (Changer la vie)

  Édition Grasset – Les cahiers rouges – 1999 – page 120

 Mots clefs: compagnon, épreuve, solitude, vide

 

4260 – La beauté ne se montre qu'aux cœurs généreux.

   Jean GUEHENNO (Changer la vie)

  Édition Grasset – Les cahiers rouges – 1999 – page 127

 Mots clefs: beauté, générosité

19:53 Publié dans Citations | Lien permanent | Commentaires (0)

26/04/2018

4241 à 4250 - F.Dostoïevski

4241 - - Oui, j'aime la vie; pourquoi?

    • Mais vous êtes décidé à vous brûler la cervelle.

    • - Eh bien? Quel rapport y a-t-il? La vie est une chose, la mort en est une autre. La vie existe, et la mort n'existe pas.

    • Vous croyez donc maintenant à la vie future éternelle?

    • Non, pas à la vie future éternelle, mais à la vie éternelle ici même. Il est des instants, vous arrivez à des instants où le temps s'arrête soudain et le présent devient éternité.

    Fiodor DOSTOIEVSKI (Les Démons)

   Éditions Gallimard – Collection La Pléiade – 1955 – page 250

 Mots clefs: éternité, mort, présent, suicide, vie

 

4242 - - […] Tout est bien.

    • Tout?

      - Tout. L'homme est malheureux parce qu'il ne sait pas qu'il est heureux. Uniquement pour cela. Tout est là. Absolument tout. Celui qui le saura, deviendra aussitôt heureux, à l'instant même. […] Voilà toute l'idée, l'idée toute entière, et il n'y en a pas d'autre.

     Fiodor DOSTOIEVSKI (Les Démons)

  Éditions Gallimard – Collection La Pléiade – 1955 – page 251

 Mots clefs: bonheur, malheur

 

4243 - - […] Le but de tout peuple,à chaque période de son histoire, c'est uniquement la recherche de Dieu, de son Dieu, de son Dieu à lui, en qui il croit comme en l'unique et le seul vrai. Dieu est la personnalité synthétique du peuple tout entier, du début de son histoire et jusqu'à sa fin. Toujours et partout chaque peuple eut son propre Dieu, et jamais encore tous les peuples ou plusieurs peuples n'eurent le même Dieu, commun à tous. Quand les peuples commencent à avoir des dieux communs, c'est signe de mort pour ces peuples. Quand les dieux deviennent communs à plusieurs peuples, les Dieux meurent, ainsi que les peuples et leur foi.

    Fiodor DOSTOIEVSKI (Les Démons)

  Éditions Gallimard – Collection La Pléiade – 1955 – page 265

 Mots clefs: dieux, foi, peuple, religion

 

4244 - - Les Grecs ont divinisé la nature et ont légué au monde leur religion, c'est à dire la philosophie et la science. Rome a divinisé le peuple dans l'État et a légué aux peuples l'idée de l'État. La France, incarnation du Dieu romain, n'a fait, tout au long de son histoire, que développer l'idée de ce Dieu romain, et si elle a fini par le jeter à bas et s'est précipitée elle-même dans l'athéisme, qui s'intitule là-bas provisoirement le socialisme, c'est uniquement parce que l'athéisme est, malgré tout, plus sain que le christianisme romain.

     Fiodor DOSTOIEVSKI (Les Démons)

  Éditions Gallimard – Collection La Pléiade – 1955 – pages 227/228

 Mots clefs: athéisme, christianisme, dieu, État, Grec, religion, Rome, socialisme

 

4245 – Pour faire un civet, il faut un lièvre, pour croire en dieu, il faut un Dieu.

     Fiodor DOSTOIEVSKI (Les Démons)

   Éditions Gallimard – Collection La Pléiade – 1955 – page 267

 Mots clefs: civet, Dieu, lièvre

 

4246 - - Ils sont dans le vrai donc ceux qui prétendent que la moitié de la vie humaine est déterminée par les habitudes acquises au cours de la première..

     Fiodor DOSTOIEVSKI (Les Démons)

   Éditions Gallimard – Collection La Pléiade – 1955 – page 279

 Mots clefs: habitude, jeunesse, vieillesse

 

4247 - - « Il faut être véritablement un très grand homme pour savoir résister même au bon sens ». Voilà!

    • Ou bien un imbécile.

    • Soit, si vous voulez.

 

     Fiodor DOSTOIEVSKI (Les Démons)

   Éditions Gallimard – Collection La Pléiade – 1955 – pages 227/228

 Mot clef: sens (bon - )

 

4248 - - […] Il y a dans la charité quelque chose qui pervertit pour toujours celui qui l'accepte.

     Fiodor DOSTOIEVSKI (Les Démons)

   Éditions Gallimard – Collection La Pléiade – 1955 – pages 227/228

 Mot clef: charité

 

4249 - - En général, dans tout malheur qui atteint notre prochain,, il y a toujours quelque chose de réjouissant pour nous.

     Fiodor DOSTOIEVSKI (Les Démons)

  Éditions Gallimard – Collection La Pléiade – 1955 – pages 227/228

 Mots clefs: malheur, prochain, réjouir (se -)

 

4250 - - […] Et que me disiez-vous de l'aumône? Or le plaisir que procure l'aumône est un plaisir orgueilleux, immoral, il permet au riche de jouir de sa richesse, de son pouvoir, en les comparant à la faiblesse du pauvre. L'aumône déprave aussi bien celui qui donne que celui qui reçoit, et de plus elle n'atteint pas son but, car elle multiplie la misère.

     Fiodor DOSTOIEVSKI (Les Démons)

  Éditions Gallimard – Collection La Pléiade – 1955 – pages 359/360

 Mots clefs: aumône, faiblesse, misère, pauvre, pouvoir, richesse

19:33 Publié dans Citations | Lien permanent | Commentaires (0)

 
Accueil Blog50 | Créez gratuitement votre blog | Avec notretemps.com | Toute l'info retraite | Internet facile | Vos droits | Votre argent | Loisirs | Famille Maison | Cuisine | Jeux | Services | Boutique