compteur
logo Blog50.com
Blog 50 est un service gratuit offert par Notre Temps

21/07/2017

Bonjour

 – « Je préfère la vérité nuisible à l’erreur utile : la vérité guérit la douleur que peut-être elle nous cause » - Poésie.

            « Une vérité nuisible est utile, parce qu’elle ne peut nuire qu’un instant et qu’elle conduit ensuite à d’autres vérités qui seront toujours plus utiles ; tandis qu’une erreur utile est nuisible, parce qu’elle ne peut servir qu’un moment, et qu’elle fourvoie dans d’autres erreurs qui seront toujours plus nuisibles. » - A Madame de Stein, 1787.

                 GOETHE (cité par R.Rolland dans son Journal)

       Ed. Albin Michel – Cahiers R.Rolland – n°19 – 1969 – page 109

 Voir Résonance n° 1923

20/07/2017

Bonjour

  – Dans ma prime jeunesse, on m’enseignait que les Ecritures hindoues connaissent près d’un millier de noms de Dieu. Mais ce millier de noms ne suffit nullement. Je crois que Dieu a autant de noms qu’il existe de vivants, et c’est pourquoi nous disons aussi que Dieu est sans nom. Et puisque Dieu a beaucoup de formes, nous le considérons aussi comme sans forme. Et puisqu’il nous parle avec beaucoup de langues, nous le considérons comme étant sans parole. Quand je vins à étudier l’Islam, je vis que l’Islam avait aussi beaucoup de noms pour Dieu. Avec ceux qui disent que Dieu est l’Amour, je dirai : Dieu est l’Amour. Mais tout au fond de moi, je pensais que quoique Dieu puisse être Amour, Dieu est par-dessus tout la Vérité […]. Mais, il y a deux ans, j’ai avancé d’un pas plus loin, et j’ai dit que la Vérité est Dieu.

                        Romain ROLLAND (Correspondance)

        Editions Albin Michel – Cahiers R.Rolland – n°19 – 1969 – pages 90/91

 Voir Résonance n° 1919

19/07/2017

Bonjour

 – Tous les grands écrivains se rejoignent sur certains points, et sont comme les différents moments, contradictoires parfois, d’un seul homme de génie, qui vivrait autant que l’humanité.

        Marcel PROUST (cité dans « le Monde » daté du 28/10/1994)

 Voir Résonance n° 1905

4071 à 4080- R.Deforges, C.Dickens

4071 – - Cependant, pour m'avoir révélé ce que moi seul savait, il faut bien que [Jeanne d'Arc] soit un peu sorcière...

- Taisez-vous, mon fils, chuchota Yolande d'Aragon en posant un doigt sur les lèvres du roi. Toutes les femmes ne le sont-elles pas un peu?...

     Régine DEFORGES (La Hire ou la colère de Jeanne)

   Édition France-loisirs – Arthème Fayard – 2005 – page 120

 Mots clefs: femme, Jeanne d'Arc, secret, sorcière

 

4072 – Car le seul mal s'arrête souvent à lui-même et meurt avec son auteur, mais le bien jamais.

     Charles DICKENS (L'Ami commun)

   Édition Gallimard – Collection La Pléiade – 1991 – page 120

 Mots clefs: bien, mal

 

4073 – Rien n'est plus facile en ce monde que de réussir à mécontenter sa famille quand on a une famille qui veut se débarrasser de vous.

     Charles DICKENS (L'Ami commun)

   Édition Gallimard – Collection La Pléiade – 1991 – pages 315/316

 Mot clef: famille

 

4074 – Le renard le plus rusé vaut rarement l'âne le plus stupide quand il s'agit de s'enrichir.

     Charles DICKENS (L'Ami commun)

   Édition Gallimard – Collection La Pléiade – 1991 – page 320

 Mots clefs: âne, cupidité, enrichissement, renard, ruse

 

4075 – Le coup de foudre est une expression éculée qui a été bien assez débattue; il suffit de dire que chez certaines natures où le feu couve en cachette […], cette passion s'embrase brutalement, et s'attise comme le feu dans un vent furieux, alors que d'autres passions, si celle-là n'avait pas pris le dessus, auraient pu être tenues en bride. De même qu'une foule de natures faibles et moutonnières sont toujours en attente, prêtes à perdre la raison à la première idée fausse qui se trouvera avancée […], de même ces natures moins banales peuvent rester en attente pendant des années, prêtes sous l'effet d'un contact instantané à prendre feu brusquement.

    Charles DICKENS (L'Ami commun)

   Édition Gallimard – Collection La Pléiade – 1991 – pages 402/403

 Mots clefs: amour, foudre (coup de - ), passion, patience

 

4076 – Il n'est personne qui ne serve à quelque chose en ce monde, réplique le secrétaire, s'il allège le fardeau pour quelqu'un d'autre.

     Charles DICKENS (L'Ami commun)

   Édition Gallimard – Collection La Pléiade – 1991 – page 615

 Mots clefs: altruisme, bienveillance

 

4077 – On n'arrive pas sans peine à apprendre; et la vie n'est rien d'autre qu'un long apprentissage.

     Charles DICKENS (L'Ami commun)

   Édition Gallimard – Collection La Pléiade – 1991 – page 807

 Mots clefs: apprentissage, vie

 

4078 - […] un mensonge pieux qu'on répète semble presque devenir un mensonge impie quand on n'a pas l'habitude.

    Charles DICKENS (L'Ami commun)

   Édition Gallimard – Collection La Pléiade – 1991 – page 883

 Mot clef: mensonge

 

4079 – Car le Temps ne se soucie pas de savoir si les eaux de la vie sont hautes ou basses, si elles réfléchissent les lumières des cieux ou leurs ténèbres, si les pauvres plantes qui y poussent sont des fleurs ou de mauvaises herbes, si elles font un crochet là, si elles coulent à grand bruit ou en silence, si elles sont agitées ou paisibles, car leur cours a un terme unique et certain, si multiples que soient leurs sources et leurs figures.

    Charles DICKENS (Le Mystère d'Edwin Drood)

   Édition Gallimard – Collection La Pléiade – 1991 – page 887

 Mots clefs: cours (de la vie), eaux (de la vie), temps

 

4080 – On a souvent remarqué que les femmes possèdent le curieux pouvoir de deviner le caractère des hommes, pouvoir qui semble inné et instinctif, car il ne résulte pas d'un patient processus de raisonnement, ne peut pas se justifier d'une façon claire et satisfaisante et les amène à prononcer des jugements avec une extrême assurance, même en face des observations accumulées par l'autre sexe. Mais ce qu'on a moins souvent remarqué, c'est que ce pouvoir (faillible comme toutes les autres facultés humaines) est en général absolument incapable de réviser ses jugements; et que, quand il a émis une opinion défavorable, dont toutes les lumières humaines ont démontré par la suite qu'elle était erronée, on ne saurait le distinguer d'une prévention, car en pareil cas une femme se refuse toujours résolument à reconnaître son erreur.

     Charles DICKENS (Le Mystère d'Edwin Drood)

   Édition Gallimard – Collection La Pléiade – 1991 – pages 1073/1074

 Mots clefs: entêtement, erreur, femme, intuition

14:32 Publié dans Citations | Lien permanent | Commentaires (0)

18/07/2017

Bonjour

  – L’amour d’une femme est incompatible avec l’amour de l’humanité. L’imperfection doit être rejetée. Rien n’est plus imparfait que l’égoïsme à deux.

                    Isidore DUCASSE (Poésies II)

               Le livre de poche – 1992 – page 254

 Voir Résonance n° 1889

 
Accueil Blog50 | Créez gratuitement votre blog | Avec notretemps.com | Toute l'info retraite | Internet facile | Vos droits | Votre argent | Loisirs | Famille Maison | Cuisine | Jeux | Services | Boutique