compteur
logo Blog50.com
Blog 50 est un service gratuit offert par Notre Temps

24/04/2012

Bonjour

Les mères se laissent quitter par leurs enfants et l’absence vient qui les dévore. On dirait une loi, une fatalité, un orage que personne ne saurait prévenir. L’ingratitude est le signe d’une éducation menée à son terme, achevée, parfaite en sa démence.

             Christian BOBIN (La part manquante)

Editions Gallimard – NRF – Le chemin – 1991 – pages 11/12


Voir Résonance n° 3036

18:41 Publié dans Livre | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : bobin

Bonjour

Les mères se laissent quitter par leurs enfants et l’absence vient qui les dévore. On dirait une loi, une fatalité, un orage que personne ne saurait prévenir. L’ingratitude est le signe d’une éducation menée à son terme, achevée, parfaite en sa démence.

Christian BOBIN (La part manquante)

Editions Gallimard – NRF – Le chemin – 1991 – pages 11/12

 

Voir Résonance n° 3036

18:41 Publié dans Livre | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : bobin

22/02/2012

Conrad - la Folie

LA FOLIE ALMAYER – Histoire d’une rivière orientale (Joseph CONRAD)

 

L’argument : Dans la deuxième moitié du 19èmesiècle, les Hollandais s’implantent en Malaisie. Un jeune aventurier, Almayer,  s’y initie au commerce dans un comptoir fluvial de Bornéo. Il y succède au  propriétaire. Marié par intérêt et sans amour à la fille de ce dernier, une métis, il rêve de découvrir le site aurifère qui se situerait en amont de la rivière. Le roman dépeint la déchéance d’Almayer, ruiné et abandonné par sa propre fille, Nina, chérie entre toutes.

L’auteur :  Joseph Conrad (Jóseph Konrad Korzeniowski) est né en Ukraine en 1857 de parents polonais. Orphelin à dix ans, il est recueilli par son oncle et fait ses études au lycée de Cracovie. À dix-sept ans, attiré par la mer et l'aventure, il s'engage à Marseille dans la Marine marchande. Il quitte la France en 1878, entre dans la marine anglaise et se fait naturaliser anglais en 1886. Il navigue beaucoup jusqu'en 1894. Atteint de rhumatismes tandis qu'il remonte le Haut-Congo à la tête d'un navire à vapeur, il doit renoncer à voyager. Il s'établit en Angleterre et se consacre à la littérature. Devenu l'un des plus grands auteurs anglais de son temps, il meurt en 1924.

Un avis : Le style est discursif et souvent subtil, parfois difficile à suivre, mais reflétant bien l’angoisse du temps qui passe. L'intrigue est mince ; ici c'est le détail et la description pleine de finesse des êtres et des situations qui importent. S’y joignent de nombreuses ouvertures sur une réflexion que l’on peut qualifier de psycho-philosophique. Ainsi le narrateur se dit hanté par tout ce qu’il a vécu. Cette infirmité obsédante détruit tout : amour, amitié ou même sens de sa propre vie. Sans l'oubli de ses haines, de ses peurs ou de ses désirs c'est un enfer qui s'ouvre : sans pardon, sans distance, sans répit. Un livre qui ressemble souvent à une œuvre musicale, une « polyphonie littéraire » - souvent sombre, voire dramatique.

Sources : Internet.

Gallimard Collection Folio – 2002 – 433 pages

19:14 Publié dans Livre | Lien permanent | Commentaires (1)

Conrad - la Folie

19:14 Publié dans Livre | Lien permanent | Commentaires (0)

Conrad - La folie Almayer

LA FOLIE ALMAYER – Histoire d’une rivière orientale (Joseph CONRAD)

L’argument : Dans la deuxième moitié du 19èmesiècle, les Hollandais s’implantent en Malaisie. Un jeune aventurier, Almayer, s’y initie au commerce dans un comptoir fluvial de Bornéo. Il y succède au propriétaire. Marié par intérêt et sans amour à la fille de ce dernier, une métis, il rêve de découvrir le site aurifère qui se situerait en amont de la rivière. Le roman dépeint la déchéance d’Almayer, ruiné et abandonné par sa propre fille, Nina, chérie entre toutes.

L’auteur : Joseph Conrad (Jóseph Konrad Korzeniowski) est né en Ukraine en 1857 de parents polonais. Orphelin à dix ans, il est recueilli par son oncle et fait ses études au lycée de Cracovie. À dix-sept ans, attiré par la mer et l'aventure, il s'engage à Marseille dans la Marine marchande. Il quitte la France en 1878, entre dans la marine anglaise et se fait naturaliser anglais en 1886. Il navigue beaucoup jusqu'en 1894. Atteint de rhumatismes tandis qu'il remonte le Haut-Congo à la tête d'un navire à vapeur, il doit renoncer à voyager. Il s'établit en Angleterre et se consacre à la littérature. Devenu l'un des plus grands auteurs anglais de son temps, il meurt en 1924.

Un avis : Le style est discursif et souvent subtil, parfois difficile à suivre, mais reflétant bien l’angoisse du temps qui passe. L'intrigue est mince ; ici c'est le détail et la description pleine de finesse des êtres et des situations qui importent. S’y joignent de nombreuses ouvertures sur une réflexion que l’on peut qualifier de psycho-philosophique. Ainsi le narrateur se dit hanté par tout ce qu’il a vécu. Cette infirmité obsédante détruit tout : amour, amitié ou même sens de sa propre vie. Sans l'oubli de ses haines, de ses peurs ou de ses désirs c'est un enfer qui s'ouvre : sans pardon, sans distance, sans répit. Un livre qui ressemble souvent à une œuvre musicale, une « polyphonie littéraire » - souvent sombre, voire dramatique.

Sources : Internet.

Gallimard Collection Folio – 2002 – 433 pages

19:14 Publié dans Livre | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : conrad

 
Accueil Blog50 | Créez gratuitement votre blog | Avec notretemps.com | Toute l'info retraite | Internet facile | Vos droits | Votre argent | Loisirs | Famille Maison | Cuisine | Jeux | Services | Boutique